L’ail des ours

Avec l’arrivée du printemps : le retour de l’ail des ours dans nos forêts 😍

L’ail des ours, ou ail sauvage, est utilisé depuis l’Antiquité pour ses nombreuses vertus médicinales. Il a des principes actifs identiques à ceux de l’ail commun mais à des concentrations supérieures.

INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES USUELLES

Traitement des pathologies cardio-vasculaires, des diarrhées, contre les vers intestinaux. L’ ail des ours est utilisé pour faire baisser la pression artérielle, pour stimuler la circulation sanguine. Il est recommandé en cas d’athérosclérose, d’arthrite, de rhumatismes. Il est efficace pour les problèmes intestinaux comme les maux d’estomac et les ballonnements. Il facilite la digestion, dégage les voies respiratoires.

AUTRES INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES DÉMONTRÉES

D’autres usages de l’ail des ours sont documentés, comme la lutte contre la grippe et contre certaines pathologies virales ou les pathologies du foie. Il est encore indiqué pour le traitement des gastrites. Antiaggrégant plaquettaire, il lutte contre la formation d’athéromes. Ses composants soufrés protégeraient contre la survenue des cancers.

Comment le consommer, le cuisiner ?

Les bulbes, feuilles, tiges, boutons floraux et les fleurs se consomment crues (en salade, pesto, au vinaigre, en décoration…) ou cuites. Cuit, l’ail sauvage (feuilles, boutons et fleurs) perdra une partie de son fin goût en ail.

De manière générale, ajoutez les feuilles, fleurs et boutons ciselés crus (ou congelés) à vos soupes, beurres, pommes de terre, gratins, omelettes, pizzas, polentas, risottos, pâtes, sels…

Crues, les jeunes feuilles s’ajoutent aux salades ou se préparent en pesto (nature, aux amandes, aux tomates…). On peut l’inclure dans les vinaigrettes, le fromage blanc, la faisselle, le beurre, les huiles, dans l’eau de vie, la pâte brisée… Les feuilles plus âgées
(celles qui donnent des boutons floraux et fleurs) se consomment cuites en galettes (polenta, pommes de terre, crêpes salées), en chips, en cake, en ravioli, en soupe, sur ou dans la pâte à pizza, en gratin, en tarte, en omelette, en pesto, en poêlée, en sauce…

Une fois séchées, vous pouvez réduire les feuilles en poudre.

Crus les bulbes et les boutons floraux se préparent au vinaigre…

ATTENTION ! La plante se multiplie par ses bulbes. Pour une récolte raisonnable, il suffit de couper les feuilles et fleurs à la base en laissant les bulbes en place. Ne prélevez que ce dont vous avez besoin pour votre consommation personnelle.